Le Grand-Bornand

Le maire du Grand-Bornand, VRP de la promotion immobilière ?

Après un hiver de froidure et de neige en abondance, dans les prés verdoyants aux pieds des cimes enneigées, les premiers bourgeons et crocus chantent déjà la venue du printemps. Mais au Grand-Bornand, le fleurissement dans les champs de panneaux publicitaires de projets immobiliers vantant le luxe de leurs appartements laisse augurer un printemps précoce de la promotion immobilière et du TP. Ce fleurissement n’est que le résultat des graines d’une politique touristique archaïque semées à tout vent sur tout le territoire de la commune. En témoigne un article du Monde du 21 octobre 2020, corroboré par les dires d’élus du conseil communautaire de la CCVT qui lors d’une assemblée ont entendu le même genre d’allégations, qui cite le maire du Grand-Bornand et dont les propos sont les suivants :

« La critique souvent faite aux élus favorables au Club Med est qu’ils ne seraient animés que par une vision du « tout ski ». Mais le tourisme quatre saisons, ici, on connaît », juge André Perrillat-Amédé, rappelant que des moyens sont aussi mis par exemple dans l’agriculture. Et celui-ci de trancher : « Le Club Med affiche un taux de remplissage moyen plus élevé que celui enregistré dans notre station, notamment en période creuse. Des résidences avec services, plus importantes que les nôtres, on en a besoin, qu’on le veuille ou non. »

La dernière phrase est symptomatique et lourde de sens quant à l’avenir que souhaite le maire pour Le Grand-Bornand. Bien connu pour son entêtement jusqu’au boutiste à prôner un développement économique ringard des années 70/80, on voit bien là qu’il n’a pas abandonné la volonté d’installer des unités touristiques de type Club Med et ce malgré l’avis contraire d’une grande majorité de la population. Dès lors, quand il affirme péremptoire au sujet des résidences touristiques avec services que : « on en a besoin, qu’on le veuille ou non ! », cela ressemble à s’y méprendre à un ordre qu’attendent avec impatience, les hordes de bulldozers, pelles mécaniques, investisseurs etc… déjà sur la ligne de départ, prêts à partir tous azimuts à l’assaut de la commune du Grand-Bornand.

Mars 2021, sacre du béton et non du printemps !

Alors que les derniers touristes ne sont pas encore partis, les premiers engins de TP surgissant brusquement dans le vacarme et la puanteur de leur gaz d’échappement, annoncent les débuts de la saison des ravages de la promotion immobilière, n’hésitant pas à anéantir la quiétude des vacanciers tant louée par la station qui se glorifie de préserver un cadre de vie authentique.

En effet, ce ne sont pas moins de 7 immeubles disséminés sur la commune, dès la fonte de la neige achevée, qui vont sortir de terre, totalisant 93 logements, ce qui, en estimation basse, équivaudrait aux environs de 300 lits. A cela, il faut ajouter les 700 lits de la future résidence touristique aux portes du Chinaillon qui verra le jour dans un avenir très proche. De plus des projets de grande envergure sont en gestation, notamment la refonte complète de l’entrée du village prévoyant des immeubles et des commerces. S’ensuivrait, semble-t-il, dans l’ombre, l’ébauche d’une résidence touristique de type Pierre et Vacances ou Odalys, jouxtant l ‘énorme édifice du Roc des Tours : des habitants ayant vu le maire et une partie du conseil avec force plans dans les mains et gesticulants à qui mieux mieux devant un espace encore non construit du front de neige. En outre, suite à l’achat massif de foncier en face sud sur les hauts du village par MGM, un programme de grande ampleur(9 immeubles) se dessinerait dans la confidentialité la plus totale. Et la liste n’est pas exhaustive. MGM, encore lui, a signé le compromis de vente de l’hôtel les Glaïeuls et apparemment trouvé un accord pour le terrain attenant.

chantier-du-Chinaillon

Cet état des lieux, certes incomplet, amène à se poser quelques questions. Pourquoi cette volonté rageuse de faire disparaître le moindre carré de pâture en y implantant des édifices de béton décorés de faux vieux bois ? En ravageant des pâturages et des alpages quel est l’intérêt de l’édile d’user, des témoignages d’habitants l’attestent, de sa personne pour que ces projets, y compris pour des programmes privés, voient le jour sinon peut- être de tenir des engagements douteux qui ne peuvent être révélés au grand jour ? Et tous ces ravages des terres agricoles pour des projets mégalomaniaques qui mettent à mal des fermes, est-ce là une façon de soutenir l’agriculture ? Que veut cacher la mairie en refusant, suite aux demandes répétées des associations de filmer en visio conférence les conseils municipaux publiques, au prétexte hypocrite que les conseillers ne veulent pas apparaître sur des vidéos arguant protéger leur vie privée, alors que La Clusaz, Saintt Gervais et Annecy le font ? Serait-ce la gestion calamiteuse des chantiers et des investissements inconsidérés qui font que la mairie serait aux abois ? La mairie ne développerait-elle pas à outrance l’immobilier pour récupérer les taxes d’aménagement et ainsi tenter de se refaire une santé financière ? N’ambitionnerait-elle pas vivre de l’immobilier au lieu de vivre du tourisme ? A toutes ses questions légitimes, n’est-il pas du devoir le plus élémentaire de la part d’un maire d’y répondre ? Ne le doit-il pas à sa population ?

En conclusion, on voit bien que les assertions creuses et ineptes du maire du Grand-Bornand, ne sont que la réalité d’un discours politique qui n’a que pour seul et unique but de masquer une bétonnisation et une artificialisation de la montagne au service d’une économie ringarde et dévastatrice des milieux naturels. Du tourisme vert respectueux de la planète qu’il vante devant les médias, il est à craindre qu’il ne reste que la couleur verte… de l’espoir pour que sa folie de conquérant d’espaces verts pour y couler non pas de jours heureux mais du béton, s’arrête un jour proche.

Le Pique Cul étant un organe de résistants plumés, n'hésitez pas à prendre contact si vous avez des infos sourcées. Notre email est contact@piquecul.fr. Nous prendrons un malin plaisir à mettre notre plume à votre service pour que nos mots soient vos armes de défense de vos territoires.

Copyright © .